play_arrow

keyboard_arrow_right

Listeners:

Top listeners:

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
chevron_left
volume_up
chevron_left
  • play_arrow

    DJ International The Official Radio of Dance Music

NOTICIAS DE FRANCIA

Impôts, Oudéa-Castéra, travail… ce qu’il faut retenir de la conférence de presse de Macron

today17 Gennaio 2024 31

Sfondo
share close

 

Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures ce mardi lors d’une conférence de presse, pour donner corps à son concept de « réarmement », une semaine après la nomination de son nouveau gouvernement. Il a également été interrogé sur les différentes polémiques qui agitent l’exécutif.

Emmanuel Macron tient ce mardi soir une conférence de presse à l’Élysée. Avant de répondre aux questions des journalistes, le chef de l’État a tenu un discours d’une vingtaine de minutes durant lequel il a multiplié les annonces, souhaitant « rendre la France plus forte et plus juste » grâce à un gouvernement « le plus resserré et le plus jeune » de la Ve République. On fait le point.

Sur l’éducation : tenue unique et cérémonies de remise de diplômes

Emmanuel Macron a donné le ton en évoquant le sujet de l’éducation. « Dès la rentrée 2024, l’instruction civique sera refondée », a-t-il annoncé : « Son volume horaire sera doublé – une heure par semaine dès la cinquième – avec en appui les grands textes fondateurs de la nation ». Le président de la République souhaite « que le théâtre devienne un passage obligé au collège dès la rentrée prochaine ».

Il a annoncé que la tenue unique pour les élèves serait expérimentée dès cette année dans une centaine d’établissements scolaires volontaires et généralisée en 2026 si les résultats sont concluants. Il a également souhaité rétablir des cérémonies de remise des diplômes « dès cette année » au collège, « un rite républicain d’unité, de fierté et de reconnaissance ». Et s’est dit au passage « totalement favorable » à l’apprentissage systématique de La Marseillaise en primaire.

Sur la polémique Oudéa-Castéra

En pleine polémique sur les propos de sa nouvelle ministre de l’Éducation Amélie Oudéa-Castéra autour des « paquets d’heures pas sérieusement remplacées » dans le public, le chef de l’État a martelé : « On va continuer à s’attaquer avec force » à ce sujet, « pour que tout élève ait bien un professeur pour chaque heure de cours qui est prévue ».

Il a par ailleurs récusé tout « conflit » entre école privée et école publique. « Moi, je suis un enfant des deux écoles, comme disent les grands auteurs. J’ai été à la laïque et à l’école privée sous contrat, j’y ai vu des professeurs engagés à qui je dois beaucoup. Donc, je pense qu’il n’y a pas de conflit entre les deux écoles à avoir » a-t-il fait valoir.

Enfin, plus tard dans la soirée, il a estimé que sa ministre avait eu un « propos maladroit », et qu’elle avait eu « raison de s’excuser ». Et de faire valoir : « J’ai plutôt de l’indulgence parce qu’il m’est arrivé d’avoir des propos au tout début de mes responsabilités politiques qui avaient blessé, tout particulièrement des femmes ».

Par ailleurs, il a souhaité déterminer « le bon usage des écrans pour nos enfants, dans les familles, à la maison comme en classe », sur la base d’un rapport d’experts que le chef de l’État a réunis la semaine dernière.

Sur la famille : congé de naissance et grand plan de lutte contre l’infertilité

C’est l’une des mesures fortes annoncées : la création d’un « congé de naissance » de six mois pour remplacer le congé parental.

Et face à l’infertilité en hausse, « un grand plan de lutte contre ce fléau sera engagé pour permettre justement ce réarmement démographique ». Ces mesures visent à relancer la natalité en France, qui a chuté en 2023 selon les derniers chiffres de l’Insee.

A lire aussi

Sur le travail : les fonctionnaires davantage rémunérés « au mérite »

Le chef de l’État a mis en avant, dès le printemps prochain, un « acte II de la réforme du marché du travail », qui avait déjà vu des réformes des règles d’indemnisation du chômage et la mise en place de la réforme des retraites l’an dernier. Ainsi, il y aura « des règles plus sévères quand des offres d’emploi sont refusées et un meilleur accompagnement de nos chômeurs par la formation, mais aussi l’accompagnement à l’emploi sur des choses très concrètes comme le logement ou les transports ». L’objectif de ces futures mesures est d’« atteindre le plein emploi », objectif fixé à horizon 2027 et correspondant à un taux de chômage de 5 % contre 7,4 % actuellement.

Emmanuel Macron a par ailleurs souhaité que les fonctionnaires soient davantage rémunérés « au mérite ». Il a réclamé « un travail ardent » du gouvernement pour « permettre de mieux gagner sa vie par le travail, avec la dotation de nos dispositifs fiscaux et sociaux, mais aussi avec des négociations dans certaines branches ».

Sur la santé : régulariser « nombre de médecins étrangers »

Pour « mettre fin au scandale des déserts médicaux », il faut « permettre des coordinations plus simples » entre médecine de ville et hôpital, et avec les professions paramédicales, mais aussi « régulariser nombre de médecins étrangers qui tiennent parfois à bout de bras nos services de soins, et que nous laissons dans une précarité administrative qui est complètement inefficace », a plaidé Emmanuel Macron.

Sur la sécurité : 10 opérations « place nette » par semaine contre le trafic de drogue

Emmanuel Macron a annoncé vouloir 10 opérations « place nette » par semaine contre le trafic de drogue et les « narcotrafiquants », « dans toutes les catégories de ville », et ce dans une volonté de restaurer « l’ordre ». Le chef de l’Etat a aussi rappelé depuis l’Elysée sa volonté de « lutter contre les incivilités grâce à un doublement de la présence policière dans nos rues ». Il a ajouté vouloir lutter contre « l’islam radical », notamment grâce à la loi qui a permis de mettre fin « au système des imams détachés » depuis le 1er janvier.

Sur l’économie : une baisse de deux milliards d’euros d’impôts dès 2025 pour les classes moyennes

« On aura entre autres, dans notre trajectoire financière, deux milliards de baisses d’impôts sur nos compatriotes qui sont dans ces catégories en 2025 », a en outre déclaré Macron lors de sa conférence de presse. Cette mesure est envisagée depuis le printemps 2023, mais son timing exact avait évolué au cours des mois, avec une possibilité qu’elle soit repoussée en fin de quinquennat.

Sur l’international : une cérémonie pour les otages à venir le 7 février

Emmanuel Macron a annoncé un hommage aux victimes françaises du Hamas le 7 février prochain, quatre mois après l’attaque terroriste qui a fait 41 victimes parmi les Français présents sur place. Il a aussi mis en garde Israël contre « un risque dans la durée » de ce conflit pour sa sécurité.

Le président a également précisé qu’il se rendrait en février en Ukraine. Il a annoncé que la France allait « livrer 40 nouveaux missiles longue portée SCALP » et des « centaines de bombes » à Kiev.

Enfin, concernant les attaques de Houthis au Mer Rouge et le lancement de missiles sur le Yémen, il a affirmé que Paris avait décidé de « ne pas se joindre » aux frappes contre les Houthis pour éviter l’« escalade.

Scritto da: Mariangel Delgado

Rate it

Articolo precedente

NOTICIAS BARCELONA

Comienza la ampliación del Pont d’Esplugues que permitirá la instalación de un carril bici

Ya lo destacó la alcaldesa de Esplugues de Llobregat, Pilar Díaz (PSC), durante la presentación del plan '4x100' de reforma de todas las calles del municipio: el proyecto más destacado de los que se llevarán a cabo en la primera fase de la ambiciosa iniciativa sería la ampliación del Pont d'Esplugues. No en vano, el puente que forma la calle Laureà Miró sobre el Parc dels Torrents es uno de los espacios urbanísticos más característicos del […]

today17 Gennaio 2024 6

Commenti post (0)

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati con *


0%